anarchiste, éducateur, admin et noël …

aucun commentaire -- tags : anarchie, noël, amour, famille, IEF, partage, nawak, espoir

je rêve d’un monde où chacun s’accepterait comme il est et aurait plaisir à trouver sa place au sein de l’humanité.

je rêve d’une humanité capable d’accepter chacun de ses membres avec bienveillance et tolérance.

je rêve que tout ceci se passe naturellement, spontanément, humainement. utopie ? non … anarchie.

l’anarchie est le seul “mouvement” auquel j’adhère, tout en ayant conscience que le simple terme “mouvement anarchiste”, sous-entend une sorte d’organisation entrant directement en conflit avec le principe même d’anarchie. pourtant, je me sens anarchiste, et je trouve toutes les autres mouvance politiques extrêmement contraignantes (normal me direz-vous). le principe même de système pyramidal propre à toute organisation politique me dérange dans ma nature d’humain.

dans ma vie professionnelle, j’ai pu expérimenter le système pyramidal de base, celui du chèque de paye, qui donne de fait une autorité à celui ou celle qui le signe. j’ai testé les deux rôles, aucun des deux ne me convient réellement. j’aime travailler pour effectuer une tâche, dans un but précis. mais travailler pour servir les intérêts de quelqu’un, ou travailler pour imposer mon objectif, aucune de ces deux situations ne me rend heureux.

mon dernier travail rémunéré ? éboueur. et je n’ai rarement ressenti autant de satisfaction à travailler que lors de cette année à l’arrière du camion. je partais le matin, mon village était sale. je rentrais le midi, il était propre : satisfaction quotidienne de la tâche accomplie. mais ce travail ne dura pas, comme la plupart des “contrats aidés”, ils ne donnent pas suite… je me retrouve donc sans emploi, dans un village un peu perdu, sans un sioux de côté et à un âge où trouver du taf devient délicat. c’est alors qu’une décision évidente s’impose … faire quelque chose, aider, partager, utiliser ce temps “libre” à effectuer les tâches en suspend, trouver ma place dans l’humanité en sorte. oui, carrément !

et là tu te retrouves en train de faire la liste de tes compétences, non plus sous l’angle du gars qui veut se vendre, mais sous celui de l’humain qui veut prendre part à la danse. ce bilan de “compétences humaines” est une phase qui m’a vraiment aidé à me dissocier de mon conditionnement (capitalisme, éducation chez les cathos…). faîtes l’expérience : prenez votre cv et regardez comment le transformer en “cvhumain” … en gros, cela signifie remplacer son cv par les 3 lignes du bas … “centres d’intérêts”. chez moi ça a donné l’école à la maison, handylinux et une vie de famille de plus en plus heureuse, sans un ronds !

tous ces changements dans mon existence me confortent dans mes choix anarchiques. j’enlève doucement toute trace de conditionnement externe au sein de notre famille : pas de télévision, multiplication des sources d’informations et de culture grâce à internet, plus d’horaires scolaires, nous sommes maîtres de notre destin, entre nous, avec un accès total mais raisonné au monde extérieur. chaque enfant ayant la possibilité de s’épanouir à son rythme, et ayant la chance d’être présent à tout instant, on assiste à l’évolution de leur caractère, de leurs goûts, de leur préférences. le saut dans le vide qu’à représenté la déscolarisation du plus grand (qui occupe la majeure partie de mon “temps libre”) a été facilité par cette ambiance familiale. nous vivons une dans une douce anarchie.

cependant, j’ai conscience que mes enfants seront confrontés au monde extérieur, un monde formaté, conditionné par l’argent et le rang, la couleur et le sang. je suis donc le programme du cned, afin de leur donner les armes nécessaires pour comprendre les humains formatés et s’épanouir malgré tout. cet aspect de notre éducation, issu de notre réflexion, nous amène à nous questionner en permanence sur nos choix, et si on ne le fait pas, nos enfants s’en chargent !
une autre partie de mon “temps libre” est consacré à ma contribution à la communauté GNU/Linux, le côté g33k si vous préférez. ma participation à cette communauté a fait de moi un “admin”, un “dev”, quelqu’un qui représente une communauté, qu’on écoute, à qui on demande son avis. cette personne, ce arpinux qui n’était pour moi qu’un jeu de mots minable entre “arnault perret” et “linux”, est devenu un “ref request” sur wikipédia.

et alors que ma vie personnelle s’éclairait de cette douce anarchie, alors que l’initiateur de cette aventure handylinux – guantas himself – n’a ni dieu ni maître, je me suis retrouvé propulsé à la tête d’un système pyramidal. je n’en ai pas pris conscience au début, et puis je me suis aperçu que mes posts sur le forum étaient plus “écoutés” que sur crunchbang-fr ou ubuntu-fr, que certains utilisateurs attendaient que je donne mon avis avant de se prononcer, et que même le staff du forum, les personnes qui avaient travaillé à l’élaboration d’handylinux autant voir plus que moi (lors des débats sur le forum crunchbang-fr), se pliaient à mes décisions. j’ai alors pris conscience que même si tout le monde participe, même si c’est collégial, mon rôle de builder nous place tous d’emblée dans un système pyramidal. alors que chacun des membres de l’équipe pourrait parfaitement construire handylinux en suivant le tuto, alors que certains sont bien plus compétents que moi sur un environnement xfce, tout le monde se place en fonction de moi.
ceci est très perturbant pour un anarchiste. mais je ne me plains pas, au contraire … et j’y arrive.
dans le contexte d’une distribution collégiale livrée au public, chacun peut s’investir en fonction de sa disponibilité et des ses compétences. au final, la distribution est construite sur un ordinateur, cet ordinateur est utilisé par quelqu’un, il se trouve que je suis ce quelqu’un. livrer le fruit de ce travail au public implique que le public puisse parler à un “responsable” au sens littéral, à une personne qui accepte de prendre la responsabilité de distribuer handylinux. il se trouve que je suis aussi cette personne. dans notre cas, le système pyramidal permet de rassurer, génère du positif… dans ces circonstances, l’action voulue (la construction d’handylinux) exige une organisation, une gestion, un cadre permettant à chacun d’exprimer ses compétences … un “système” en fait. et je vous avoue que ça me coûte de l’écrire.

mais tu vas où là en fait ??

bah c’est Noël non ? un ptit message d’espoir

l’anarchie ne génère pas forcément le chaos, mes enfants me le prouve tous les jours. le cadre ne génère pas forcément l’uniformisation, ma communauté me le prouve tous les jours.

c’est un espoir pour les humains, l’espoir d’une anarchie mondiale, sur une planète peuplée de personnes responsables, accomplissant des tâches pour le bien commun, générant assez de richesses pour l’humanité toute entière et trouvant le temps de vivre une existence paisible en totale liberté une fois cette tâche accomplie. on pourrait changer de poste, de rôle, selon les circonstances et les compétences, partager les connaissances à tout âge sans barrières ni préjugés…

qui a dit conte de Noël ??

je vous souhaite de très bonnes fêtes de fin d’année, prenez ce post comme un conte, un délire de noël, ou si vous êtes téméraire, comme un concept apparenté à une réalité proche de l’ordre du possible. moi, je vais profiter de ma douce anarchie familiale.

bis@+
arp

arpinux aka arnault, anarchiste, çadépendiste, humain par défaut
rédacteur principal d'at[h]ome et des cahiers du débutant
pour fouiner, c'est par ici , pour discuter c'est par là.

écrire un commentaire

Quelle est la troisième lettre du mot kiftf ?

fil RSS des commentaires de cet article