arpi et le coaching professionnel

Aucun commentaire -- tags : acceptation, capitalisme, perso, travail

comme chaque année, mon conseiller pôle-emploi qui ne sait quoi faire de moi, m'envoie dans une session de formation ou de revalorisation professionnelle.
cette année, place belle faite au "coaching", ce métier fabuleux qui consiste à vous en trouver un, soit-disant adapté à votre personnalité, vos compétences, votre expérience, bref ... qui pratique l'approche holistique du candidat au retour à l'emploi.

la session de coaching était prévue pour 2 mois ... elle aura duré 1 heure ...

car oui, je suis à la recherche d'un emploi depuis... longtemps. mais je suis un cauchemar pour les conseillers pôle-emploi : j'ai une grande expérience professionnelle en restauration, métier que je ne peux plus exercer au vu de mon physique (aspect et santé) et j'ai de multiples compétences dans un grand nombre de domaines mais aucune validée par un diplôme ou certificat officiel.

si on rajoute à ça le fait que je ne souhaite pas cautionner l'esclavagisme moderne ou l'exploitation des individus et de leurs faiblesses, et que je l'exprime très clairement lors des entretiens d'embauche, vous comprendrez aisément le délicat travail d'un conseiller de retour à l'emploi.

pour clore le tableau, j'ai l'exaspérante manie de vouloir être pauvre, en tout cas avec le moins de possession possible afin de vivre le détachement dans mon quotidien et pas seulement comme une lubie intellectuelle.
c'est donc sans surprise (pour moi) que ce rendez-vous avec un coach professionnel se soit soldé par un échec.

la coach n'a pas cessé de s'excuser de ne rien pouvoir faire et m'a bien précisé, à de nombreuses reprises que ce n'était "pas de ma faute", que le "système n'était pas fait pour moi" ... bref, que j'étais hors du système sans pour autant être anti-système.

je suis sorti rassuré car en étant totalement honnête avec la coach, j'ai pu vérifier ma complète inadéquation avec le système d'emploi actuel. mais bizarrement, j'ai quand même ressenti un petit sentiment de vexation face à ce perpétuel rejet de "moi-même" par un système que par ailleurs, je dénonce.

c'est tout de même mal foutu le cerveau ! jamais content ! à croire que la satisfaction ne sera jamais un sentiment que je pourrais ressentir face à moi-même. pourtant, je ne cesse de dire que si quelque chose que tu détestes te rejettes, tu dois en être rassuré et conforté dans ton opinion...
par exemple, ça ne me pose aucun soucis d'être mal perçu par les racistes, fascistes et autres -istes malsains...
en revanche, être mal perçu par "l'ensemble" , ça picote un peu à force. comme s'il me restait un fond de besoin de reconnaissance, un truc lié au père j'imagine ...

bref ... arpi et l'emploi, c'est toujours pas ça. je reste inadapté au système actuel. et en plus... je suis toujours pas vacciné. mais que vont-ils bien pouvoir faire de moi ?? je ne sais pas. et dans le fond, ça ne devrait pas me tracasser plus que ça.

allez, sur ce, bon courage à celles et ceux qui comme moi, sont inadaptés mais qui ont besoin de travailler et se retrouvent enfermés dans un système qu'ils ne comprennent pas et qui ne les comprend pas.
... mais après tout, un système n'est pas là pour ça, c'est à l'humain de s'adapter au système mis en place par les humains ... c'est à en devenir fou...
je vais donc arrêter de me prendre la tronche avec ça et profiter de mes vacances d'inadapté avec ma famille, en attendant le prochain rendez-vous pôle-emploi ...

++
arp

arpinux aka arnault, anarchiste, çadépendiste, humain par défaut
rédacteur principal d'at[h]ome et des cahiers du débutant
pour fouiner, c'est par ici , pour discuter c'est par là.

écrire un commentaire

Quelle est le quatrième caractère du mot qh0jupw ?

Fil RSS des commentaires de cet article