edito du 30 juin

aucun commentaire -- tags : anarchie, amour, humanité, courage, parasite, bilan, édito

ce jour fut pendant longtemps le dernier jour de calme... travail saisonnier ... 1er juillet ... FEU !
et me voici désormais exempt de stress, l'esprit en paix, attendant cette date comme un réel premier jour de vacances.
et je pense à ces débats, ces lois qui forcent les salariés à accepter tout et n'importe quoi pour conserver leurs emplois.
je pense à mes dernières années de bar, au taf 7j/7, de l'ouverture à la fermeture (11h du mat, 1h du mat) + la gestion des stocks, du personnel, des clients, des animations etc... je pense à tout ce que j'ai quitté sans regrets, pour obtenir la paix.

nous vivons avec 3x moins d'argent, dans une maison 2x plus petite, avec 4 enfants au lieu de deux...
certains de mes voisins nous appellent les parasites de la société car je suis sans emploi. et pourtant, je suis passé de patron de bar à éboueur (ripper à l'arrière du camion) ce qui montre que je ne rechigne pas à la tâche, mais même mon conseiller pôle-emploi avoue à demi-mot qu'il ne peut rien pour moi. voici donc un homme dont le travail est de m'en trouver, et qui fait partie d'un système économique qui ne sait pas quoi faire de moi.

comment expliquer à ces gens qui me regardent de haut que je ne suis qu'un humain refusant de se conformer à un système qui ne sait que faire des gens comme moi ?!
le problème n'est pas de savoir comment j'en suis arrivé là, le soucis est que notre système économique est incapable de tirer une richesse de mes compétences tout en respectant mes convictions de partage et d'équité.

j'ai reçu plusieurs propositions commerciales liées à HandyLinux, ce qui est un manque de respect évident si on se penche 2 minutes sur le projet en lui-même et mon mode de participation au Libre. mais qu'est-ce-que cela signifie ? cela veut dire que le seul moyen de participer au système, de cesser de le parasiter, c'est de masquer, d'oublier mon mode de vie tout entier.
la dernière réponse que j'ai eu à ce genre d'explication, c'est tout simplement "on fait tous des concessions, tu devras en passer par là toi aussi... grandis un peu..."
et je n'ai qu'une réponse qui me vient à l'esprit dans ce cas là : "mais tu t'es jamais demandé si tu étais pas un gros cons de faire autant de concessions, surtout pour t'en plaindre derrière ???!!!"

désolé pour le gros con, mais la victimisation universelle des pauvres opprimés me gonfle. on est pas dans un pays totalitaire, on a pas des militaires à chaque coin de rues... on est en France, un pays qui a vu des idées plutôt cool émerger et aussi des principes bien pourris on est d'accord. ce que je veux dire, c'est qu'il est tout de même plus facile de s'exprimer ici qu'ailleurs. alors accuser le Système de notre immobilisme est une fuite que je ne comprend pas... je conçois, je constate, mais je comprends pas.
cela fait plusieurs génération que ça dure, donc on devrait arrêter maintenant, mais non... toujours un nouveau jouet à convoiter, toujours un iphone qui va sortir... toujours une distraction livrée par la caste dirigeante afin de nous faire oublier les priorités évidentes de l'humain.

un vieil expert comptable racontait que pour calmer ses secrétaires en période de conflit social, il préférait acheter une nouvelle machine à écrire à toute les filles plutôt que négocier quoique ce soit... c'est horrible .. mais ça marchait très bien. les grandes majors font pareil .. et ça fonctionne toujours.

sommes-nous à ce point naïf pour croire qu'il faille changer de téléphone tous les ans ? d'ordinateur tous les deux ans ? de voiture tous les 5 ans ?
qu'attendons-nous pour remplir le vide de nos vies par autre chose que du matériel ou du sensationnel ?
mes voisins (toujours les mêmes) me disent que je suis donc un rétrograde, hermétique au progrès économique et au capitalisme, au libéralisme (quel joli mot pour un concept aussi pourri). j'ai alors cherché dans quelle période de l'histoire j'aurais aimé vivre... et je crois que c'est maintenant. je ne pense pas que c'était mieux avant

aujourd'hui, nous avons les capacités techniques de nourrir et abriter toute la population tout en respectant intégralement notre Hôte. c'est cool
le seul problème est qu'il faudrait un éveil collectif des consciences accompagné d'un quasi total abandon de l'envie de confort. je parle d'envie de confort, pas du confort lui-même.
l'humain se bat depuis des millénaires pour obtenir un minimum de confort afin de libérer du temps pour réfléchir, penser, imaginer, rêver, créer, aimer...
ces doux et nobles rêves se sont transformés en facebook, selfy, like, 5 semaines de congés payés, dsk en liberté, le fmi qui dicte ses lois, les migrants traités comme des chiens et j'en passe ...

et pourtant les nobles idéaux humains sont toujours présents : la solidarité existe, le cœur est là, mais la triade magique est hors-course.
pour moi, la triade magique, c'est la tête, le cœur et les tripes. il faut aligner les trois correctement afin de pouvoir comprendre, aimer et avancer dans le monde. l'Amour est visible partout, tout autour de nous, mais nos tripes sont mal dirigées, désorientées par un cerveau embrouillé, confondant confort et uniformité, libéralisme et liberté, pouvoir et respect, arrogance et honneur.

j'espère voir mes enfants aborder le monde avec un sourire désinvolte, et j'espère ne pas en avoir peur.
j'ai mis trente ans à briser mes rêves imposés pour enfin découvrir et vivre les miens... j'aimerais tant voir les rêves de mes enfants se réaliser avec moins de souffrances.

c'était mon premier "édito" ... merci pour votre temps et votre indulgence

++
arp

... l'image

arpinux aka arnault, anarchiste, çadépendiste, humain par défaut
rédacteur principal d'at[h]ome et des cahiers du débutant
pour fouiner, c'est par ici , pour discuter c'est par là.

écrire un commentaire

Quelle est la quatrième lettre du mot tschxj ?

fil RSS des commentaires de cet article