IEF : rapport d'inspection et prise de conscience

salut les humain-e-s :)

aujourd'hui, jour d'inspection pour mes enfants en instruction en famille... et changement d'ambiance par rapport aux autres années.

pour commencer, l'inspecteur me prévient que suite à un nouveau décret, l'inspecteur d'académie peut décider seul du retour de l'enfant à l'école, sans passer par une décision de justice comme c'était le cas avant. il m'informe également que les contrôles pédagogiques peuvent désormais être réalisés par surprise... bref ... le gars m'informe gentiment qu'il a tout pouvoir sur l'avenir de mes enfants si je ne montre pas patte blanche dans tous les domaines...

voici donc notre inspecteur accompagné d'une institutrice, assis en face de moi et m'expliquant que vu le contexte sanitaire, nous allons procéder à un contrôle des enfants un par un (j'en ai 4 en IEF). on attaque avec le plus petit, 4 ans et donc censé être en moyenne section de maternelle. un questionnaire long comme le bras surgit du classeur de l'institutrice... et alors que les autres années, la place était donnée au dialogue et à l'échange avec les enfants, le contrôle est désormais une suite de cases à cocher...
résultat, car mon petit bout n'a pas vraiment collaboré aux exercices demandées par ces personnes inconnues et masquées : un second contrôle sera effectué en fin d'année car il n'a pas voulu écrire son prénom et n'a pas reconnu un camion de chantier... sans commentaires.

arrive ensuite le contrôle de ma petite, 6 ans et donc au CP cette année. on lui demande de lire une histoire, d'effectuer quelques opérations en calcul mental (genre 50+20... rappelons que nous sommes en janvier, qu'il reste 6 mois de boulot) et me demande pourquoi elle ne pratique pas d'activités externes cette année (juste lol... z'avez pas vu passer la covid ??). le contrôle se passe bien, ma petite collabore avec eux, chante sa contine préféré, réalise sa petite dictée et s'en sort bien : pas de second contrôle prévu.

demain, ce sera la tour des mes deux moyens, 9 et 10 ans. mais c'est la dernière fois que j'écris à ce sujet.
[edit du 29/01 : une seconde visite est prévue pour ma grande de 10 ans au mois de juin... c'était attendu :/ ]

1 - car il y a de grandes "chances" pour que l'instruction en famille soit interdite l'année prochaine
2 - car nous allons rentrer en résistance : entendez par là que je ne parlerais plus de choses privées, familiales ou intimes sur le net. j'en parlerais dans un prochain article plus en détail.
3 - car le nouveau pouvoir des inspecteurs d'académie me fait peur. non je n'ai pas honte de le dire... le fait que l'état s'approprie totalement l'avenir de mes enfants, vu comment il gère la situation actuelle, oui, ça me fait peur.

le formatage de nos bambins se fait de plus en plus tôt et l'école qui forme les esprits libres n'existe plus. je ne blâme pas les profs qui doivent faire face à de nouveaux protocoles en ce moment, qui doivent faire face à de nouvelles réglementations ministérielles 4 fois par an, qui doivent faire face à leur hiérarchie et aux normes imposées par l'éducation nationale, administration de plus en plus inhumaine, autant dans sa fonction que dans ses manières.

l'éducation de nos bambins ne tient qu'à la bienveillance et au courage de quelques un-e-s qui conservent le feu, la foi, la passion de l'instruction. mais pour les autres, les profs par dépit, les profs qui n'en peuvent plus, les profs débordés, les profs pris à parti par les parents, bref, pour une part grandissante du corps professoral, la situation ressemble de plus en plus à de l'élevage intensif, avec notation et cotation, avec hiérarchie, compétition et de fait, non-adaptation au rythme de l'enfant.

l'enfant doit désormais s'adapter à l'école, point barre; même en IEF.

alors lorsque j'entends le ministre ma parler de "l'intérêt supérieur de l'enfant", je ne peux que rire jaune. l'école est censé être le meilleur endroit pour apprendre ? la meilleure place pour devenir un adulte ??

non, en fait, l'école est réellement devenu un lieu de garde ou le formatage est poussé à l'extrême, afin de permettre aux parents d'aller travailler pour faire tourner une économie qui ne profite qu'à quelques uns.

alors oui, dans certaines familles et certaines conditions, je suis d'accord pour dire qu'il vaut mieux que les gamins aillent à l'école pour recevoir une instruction, quelle qu'elle soit... ce sera toujours mieux que rien.

mais venir nous gonfler sur le niveau de nos mômes en IEF alors que le décrochage scolaire est Le sujet de l'année pour les autres enfants (pas de décrochage chez les enfants en IEF malgré la covid soit dit en passant), je trouve ça un peu gros.
Désolé d'avoir voulu faire des enfants et de vouloir les instruire. désolé de vouloir passer le plus de temps possible avec nos enfants avant qu'ils deviennent adultes et fassent leur vie. désolé de penser que les souffrances inutiles de l'école ne sont pas nécessaire à l'instruction et qu'on peut aussi apprendre dans l'amour et non dans la compétition et la douleur.

donc voilà... ça pue. franchement ça pue cette ambiance.

je ne peux que constater une similitude de traitement entre les enfants en IEF et tout le reste de la société actuellement. la seule réponse apportée par le pouvoir est la surveillance, la catégorisation et la répression.
l'écoute, le partage, le dialogue ne sont plus de mise de nos jours. il faut "rentrer dans les cases" à tout prix pour éviter les remarques hiérarchiques : j'ai bien vu que la moitié des questions posées aujourd'hui par l'institutrice étaient aussi surprenante pou moi que pour elle.. mais il faut bien remplir les cases pour rendre son rapport au chef... quelle honte, quelle dégringolade de "l'éducation à la française".

donc voilà, dernier article à propos de l'IEF, dernier avis plus que négatif sur l'ambiance actuelle et je ne peux que souhaiter du courage aux familles qui, comme nous, ont fait le choix de prendre soin de leurs enfants au lieu de les confier à d'autres.

chacun fait bien comme il veut dans la limite du raisonnable : je ne juge pas les parents qui mettent leurs enfants à l'école, ça se passe plutôt bien la plupart du temps. en revanche, j'accepte de moins en moins les privations de libertés qui commencent dès le plus jeune âge. j'accepte de moins en moins les remarques et regards de ces parents qui croient tout savoir (mais qui ne voient leurs enfants que 3 heures par jour et qui postent "liberté" le jour de la rentrée...). j'accepte de moins en moins que l'état veuille se substituer aux parents de plus en plus tôt... surtout si c'est pour les coller devant un écran et des logiciels privateurs en école à distance car ils ne sont pas capables de gérer une crise sanitaire.

toute mon admiration, mon amitié, mon respect et bien du courage aux profs qui le méritent !
tout mon indifférence aux profs qui jouent le jeu du pouvoir et remplissent des cases au lieu de remplir des rêves !
les premiers défenseurs de l'IEF devraient être les profs car eux-mêmes ne font que râler devant le manque de moyens, le manque de personnel, le manque de considération. ils devraient donc être de fervents défenseurs de l'IEF, concept qui permet aux enfants d'être écoutés, aux parents de prendre tout le temps nécessaire, qui permet à l'éducation de s'adapter, qui permet aux familles de se souder et de faire face au monde extérieur sans faiblir.

vous l'aurez compris, mon prochain article sera résistant.

bis@++
arp

arpinux aka arnault, anarchiste, çadépendiste, humain par défaut
rédacteur principal d'at[h]ome et des cahiers du débutant
pour fouiner, c'est par ici , pour discuter c'est par là.

8 commentaires

#1  - prx a dit :

tellement navré de lire ce que vous avez à vivre...
le pouvoir de la hiérarchie et la déshumanisation : t'as tout compris, pile poil dans le mille. il m'arrive d'avoir peur d'aller au travail : pas à cause des élèves, bien au contraire, mais à force de tout le reste.

je ne comprends pas le bénéfice de vouloir envoyer tous les enfants à l'école alors qu'ils peuvent être instruits maison : ils imaginent que ça va mieux se passer d'envoyer des enfants/des familles réfractaires? Depuis quand ça fonctionne de forcer un être humain? L'éducation n'est possible que s'il y a consentement.

Courage! ⚔

répondre
#2  - arpi a dit :

je vois bien que la lutte existe des deux côtés : les parents impliqués dans l'instruction de leurs enfants et les profs animés de leur passion. mais ces deux groupes ne représentent plus la majorité et quand bien même ... ils ne font pas le poids face aux méandres administratives, aux décrets passés sans concertation ni consultation, aux petits chefs trop heureux d'étaler leur pouvoir et leur choix arbitraires.
la covid n'a rien arrangé. j'avais espoir d'une certaine connexion, d'une certaine découverte, de nouvelles relations nouées entre les parents et leurs enfants... il n'en est rien. et encore une fois, quand bien même ces nouvelles relations auraient pu éclore, elles sont instantanément balayées par les lourdeurs administratives, par les obligations de travail et les décrets gouvernementaux.
toutes ces bonnes volontés foutues en l'air par les lois et les règles, alors que l'écoute et le dialogue font tellement plus pour nos enfants et leur avenir.
merci prx et courage @toi aussi mon ami.

répondre
#3  - Sébastien a dit :

Comment ne pas être d’accord avec toi... j’en suis désolé.
Tellement rare de trouver de vrais parents qui font le sacrifice, qui n’en est pas un, de s’occuper de leurs enfants à temps complet et on trouve le moyen de les emmerder alors qu’on sait très bien que le système actuel ne tient pas la route...
Zavez jamais pensé à quitter la France et trouver un pays plus accueillant ? Nous ça nous démange fortement.

répondre
#4  - arpi a dit :

merci Sébastien :)
je ne pense pas que nous soyons plus "vrais" que d'autres. nous, parents, le sommes tous à notre manière, avec nos idées, nos principes et notre vie perso.
j'ai eu la chance de pouvoir prévoir de faire l'IEF et de m'organiser, de faire mes choix tranquille dans mon village. je sais que d'autres parents rêvent de faire l'IEF mais s'en trouvent découragés par l'administration, la société, les amis, la famille... jamais facile de conserver ses convictions face à tout ça.
et non, pas d'expatriation pour nous. déjà faut avoir les moyens et puis le système de santé français, quoi qu'on en dise, est un des meilleur au monde, surtout pour les bambins... enfin pour l'instant...

répondre
#5  - linuxmario a dit :

Ça me désole au plus haut point...
Je sais pas quoi dire, si ce n'est tout mon courage et soutien pour ça !

répondre
#6  - arpi a dit :

merci linuxmario :)
nous ne manquons ni de l'un, ni de l'autre... et un peu grâce à vous ;) merci

répondre
#7  - yoludake's wife a dit :

Bonjour, tout mon courage pour ce deuxième contrôle qui devra avoir lieu en fin d'année. Nous aussi contrôle prévu la semaine prochaine, je ne sais pas à quelle sauce on va être mangé mais j'avoue que j'appréhende aussi. J'ai le sentiment qu'avec le projet de loi de l'école obligatoire, ils vont se sentir à l'aise pour demander/exiger tout et n'importe quoi aux enfants. La mienne a 5 ans, soit niveau grande section de maternelle, j'ai fait ce qui me semble le mieux pour son instruction, je verrai comment ça se passe, mais je stress déjà. Courage à toutes les familles font ce choix d'instruire leurs enfants à la maison et souhaitons que cette possibilité perdure...

répondre
#8  - arpi a dit :

bonsoir :)
merci pour votre soutien. et vous avez le mien.
pour la maternelles, ils demandent les premiers apprentissages de la lecture/écriture/numération + premiers apprentissage de l'espace devant/derrière/dessus/dessous... + premiers apprentissage de la personne moi/lui/elle/toi/nous + premiers apprentissages du corps membres/organes/fonctions + mini-géométrie cercle/carré/triangle/rectangle ... les bases quoi, ce qu'il vont refaire au CP en plus précis.

bon courage et pensez à dormir avant, même si je sais à quel point c'est stressant.
++
arp

répondre

écrire un commentaire

Quelle est le sixième caractère du mot vc62tw5 ?

Fil RSS des commentaires de cet article